vendredi 20 mai 2016

Bad news ...

La nouvelle est tombée en début de mois. Et je n'ai pas compris tout de suite ce que cela voulait dire pour moi et ma famille. J'ai fait l'autruche. Et puis j'ai eu un gros coup de blues... du genre méga coup de blues ...
Pour traduire, les adoptions venant d'Ethiopie sont provisoirement ( = pour plusieurs années  ) arrêtées.
 
Voilà. Notre projet de 3eme est donc très fortement compromis ...
Alors, je me raisonne à coup de "comment on ferait avec 3 enfants alors que c'est déjà la folie ? / Et puis on est heureux tous les 4 / on a déjà tellement de chance ..."
Ça marche un peu ...
 
Allez, haut les cœurs, je reviens vite avec de meilleures choses !
 

lundi 1 février 2016

la photo de classe ...

Les photos de classe, en général, c'est moche.
Je ne parle pas de la photo de toute la classe, celle que l'on conserve précieusement pour pouvoir se moquer, des années plus tard, des coupes / vêtements / tronches de nos anciens camarades. (Si si, avoue, tout le monde le fait !)

Non, là, je parle de la photo portrait faite par le photographe qui vient à l'école. Celle-là est toujours sur un fond couleur "vomi pastel" du meilleur effet, le sourire est crispé, les yeux photoshopés  (les 2 points blancs bizarres dans chaque pupilles, on en parle ?). Bref, je préfère les photos plus naturelles, prises sur le vif ou celles qui rappellent un moment précis.

Mais la photo de classe que j'ai eu il y a quelques semaines (mois ?), on peut dire que c'était mon graal photographique.
Parce qu'il y a des années de ça, alors que nous savions que "faire" un enfant ne serait pas "facile facile" (hum, hum, doux euphémisme ...), je me rappelle avoir littéralement bugué sur une photo chez des gens que je connaissais peu (je donnais des cours de maths à un des enfants ). Parce que dessus, il y avait leurs deux fils. Pas un enfant, mais deux. J'avais déjà compris que ça serait très TRÈS compliqué d'avoir un enfant mais qu'on l'aurait. Coûte que coûte. Parce qu'on avait décidé de se battre. Parce que ce n'était même pas envisageable une vie sans enfant.

Mais c'est devant cette photo (moche) de 2 petits garçons que je ne connaissais pas, que j'ai réalisé que je n'aurai surement pas 2 enfants.
que deux enfants, ça serait du miracle.
que deux enfants, ce serait plus que du miracle. Ce serait du miracle au carré. Du miracle exponentiel ... que je n'aurai jamais cette photo (moche ) de mes DEUX enfants à moi sur le mur de mon salon ...

Et j'avais tort.

Alors, il est plus qu'évident aujourd'hui que cette photo sera encadrée et fièrement exposée ... parce que ce n'est pas qu'une photo ... c'est le symbole que mon Mâââri et moi, on y est arrivé. Et que ça valait vraiment le coup, en plus ...

On a réussi notre miracle exponentiel.

oui, les chaussons sont en option chez nous ...

jeudi 17 septembre 2015

Et toi alors, cette rentrée ???

Pour ceux du fond qui n'ont rien suivi, cette rentrée 2015 était THE rentrée : babychou en CP et Little Miss en petite section de maternelle. Oui, voila, plus de bébé. Fini. Je suis vieille et inutile.

La traditionnelle photo du look de rentrée, cuvée 2015.


Little Miss réclamait l'école depuis un petit bout de temps déjà, et je ne me faisais pas trop de soucis pour elle. Elle est forte, décidée et débrouillarde. (c'est pas pour rien si je dis que c'est ma princesse guerrière !). Mais, (oui, il y a un "mais"), tout s'est compliqué après la visite de l'école en juin dernier. La petite fille confiante et joyeuse que je connaissais est subitement devenue peureuse et colérique. les couchers sont devenus un véritable calvaire pour elle et nous. Elle a fait quelques crises de paniques dans des situations qui n'avaient pourtant rien d'affolant ... La violence et la soudaineté de cette "métamorphose" m'a laissé complètement démunie.
Nous avons fini par comprendre qu'en fait, elle pensait qu'elle resterait toujours à l'école, puisqu'il y avait un dortoir comme à l'orphelinat ! Et nous avons pu "agir" : la rassurer, lui expliquer encore et encore ... Petit à petit, les choses ont repris leur place. Et en septembre, c'est une petite fille fière et rassurée qui a fait sa rentrée, pas vraiment d'accord pour qu'on la laisse le premier matin, mais courant vers nous à chaque sortie en criant "l'école c'est Cro génial ! ".
Je suis tellement fière d'elle. J'avais tellement peur pour elle. J'ai honte et je me sens bien faible mais sincèrement, si ça n'avait tenu qu'à moi, je crois que je ne l'aurais pas mise à l'école ... pas tout de suite ...

Et mon grand ? Je ne me posais pas trop de question en fait. Lui était content de rentrer en CP, avec ses copains, ça devait rouler. J'ai juste eu un petit moment de spleen la veille de la rentrée parce que j'ai réalisé que "les choses sérieuses commençaient", qu'il allait moins s'amuser qu'avant .. et aussi parce que j'ai personnellement un très mauvais souvenir de mon CP ... Mais ça, je l'ai gardé pour moi, et tout c'est très bien passé pour lui. Il rentre juste complètement épuisé de l'école et il faut qu'on prenne l'habitude de penser aux devoirs (genre les faire avant 20h le prochain mercredi quoi ...)

Bref, voilà, j'ai fait ma rentrée de maman, quoi ! et toi alors, cette rentrée ?

samedi 21 mars 2015

Des nouvelles !

J'ai encore négligé ce blog pendant trop longtemps ... Et pourtant ce n'est pas l'envie qui me manque. J'ai pleins de choses à vous raconter, pleins de posts dans la tête mais je manque de temps et d'énergie aussi ( d'ailleurs, j'ai un article en cours d'écriture à ce sujet)

Coucou, c'est nous !

Babychou

- se dirige allègrement vers ses 6 ans ;
- grandit à une vitesse impressionnante ;
- va bientôt perdre sa première dents, je ne m'en remet pas, je ne suis pas prête !!!
- déchiffre de mieux en mieux les mots simples ;
- finit toutes ses semaines d'école complètement HS. Merci l'école le mercredi !
- est un élève appliqué et intelligent. c'est pas moi qui le dit, c'est la maitresse ;
- est d'une lenteur exaspérante le matin ... Je dois râler à chaque étape, sinon on arriverait à l'école vers 10h30 je pense ...
- passerait sa vie devant la télé si on le laissait faire ;
- s'inquiète du menu du soir à peine fini le déjeuner.
 
 



Little Miss

- a officiellement 2 ans 1/2 ;
- est une sacrée chipie, au caractère bien trempé ;
- peut être aussi si douce et si câline ...
- commence à se réguler seule pour son appétit. Je me retrouve donc à féliciter ma fille quand elle ne finit pas son assiette ...
- ne met plus de couche. Hop, comme ça du jour au lendemain. Parce qu'on lui a dit une fois que pour aller à l'école, il ne fallait plus de couche. Depuis, elle me demande tous les matins si elle va à l'école ...
- a fait un urticaire géant assez impressionnant cette semaine. L'origine de son allergie est pour l'instant inconnue. Chouette chouette !
- est toujours autant collée à moi. Enfin, parfois j'ai l'impression qu'elle me "lâche" un peu ... et subitement, elle passe un week-end entier collé à moi.  (Et même si j'aime ma fille plus que tout, c'est parfois épuisant ...).


 
 
 
 


Voilà quelques news récentes et promis-promis, d'autres articles à venir ! Et chez vous, ça va sinon ?



lundi 19 janvier 2015

Elle me quitte ...

Notre histoire a commencé en 2006, à l'occasion d'une formation professionnelle ... Franchement, ça a été le coup de foudre immédiat. J'adorais son sac à main  (c'était le même que le mien ! ). On gloussait aux mêmes conneries, on avait les mêmes références, les mêmes codes. J'ai tout de suite su qu'elle serait "importante" pour moi. 

La première année de notre histoire, on vivait ensemble une semaine par mois, pour notre formation pro. Je lui ai fait découvrir les joies du Formule 1 ... Elle gérait le ravitaillement pour les apéros.

Elle m'a envoyé un SMS un soir, pour me dire qu'elle m'aimait, qu'elle me confierait sa vie et sa famille. je lui ai répondu qu'elle était bourrée ... c'était vrai (qu'elle était bourrée et qu'elle m'aimait )

On a eu notre première dispute aussi, tout en haut d'un arbre sur un parcours d'accro-branche : elle, tétanisée par le vertige, et moi essayant de la motiver à bouger. Son "oh toi, ta gueule" est devenue légendaire. Ça été d'ailleurs nos seuls "mots" et même à ce moment là, j'avais envie de la prendre dans mes bras.

On  a eu des enfants "ensemble" : chacune est la marraine d'un enfant de l'autre.

Quand je suis heureuse, attristée, fatiguée, stressée, excitée, calme, impatiente, comblée, énervée, c'est à elle que j'ai envie de le dire. J'ai envie de lui parler même quand j'ai rien à dire.

Elle a eu une influence importante dans la femme / la mère / l'épouse / la véto que je suis devenue en 9 ans.

Dans une huitaine de jours, la femme que j'aime part, me quitte, se barre, loin, ne sera même plus dans le même pays que moi ... Alors oui, je SAIS qu'on se verra souvent, je SAIS qu'on ne se perdra jamais de vue, je sais tout ça. Mais ça m'angoisse, c'est irrationnel et c'est comme ça ...

Pis en plus, mon filleul va avoir un accent franchement bizarre et dira "non, peut être" ... c'est la merde.

samedi 15 novembre 2014

10 chose que vous ne savez pas de moi ...

Sur une idée de Sabine, reprise par Patricia et Cécile (coucou les filles !)

1- je suis allergique aux poils de lapin et aux poils de rat. oui oui !

2- je suis incapable de sortir sans maquillage ... j'ai trop une sale mine, je ne veux pas l'imposer à la face du monde !

3- pendant mes études, j'ai fait des tas de petits boulots : baby-sitter, cours à domicile, téléopératrice ... et goûteuse de charcuterie (so glam) !

4- je suis hyper frileuse.

5- je ne supporte pas les pulls cols-roulés, j'ai l'impression d'étouffer avec ... et en plus, ils me grattent tous ! (ce qui pose problème combiné au point précédent ...)

6- je prévois de me faire tatouer.

7- quand j'étais petite, j'avais un ami imaginaire : un chien. Je me baladais donc en traînant un bout de ficelle en disant que c'était une laisse, et que mon chien était au bout ... (je ne suis pas folle, vous savez ...)

8- j'ai une tache de naissance sur tout le bras gauche ... comme ma sœur.

9- je rêve d'aller à New York.

10- dans 6 mois environ, je coucherai avec un quarantenaire.

Voilà ... passionnant, non ? A qui le tour ?

dimanche 5 octobre 2014

Mon bébé koala

Les spécialistes de l'adoption disent que les enfants adoptés peuvent  présenter, grosso modo, 2 types d'attitudes suite à leur arrivée dans leur nouvelle famille. On parle généralement des "enfants Téflon" et des "enfants Velcro".
Les enfants Téflon n'interagissent avec leur parents que pour des raisons "utilitaires " (il demande à manger, à boire, qu'on leur donne un jouet, etc. ...) et ne vont pas rechercher de câlins ou de bisous. Les enfants Velcros, eux, vont s'accrocher désespérément à leurs parents, vont toujours être à la recherche d'un contact physique.
Cette catégorisation est un peu schématique, évidemment, et un même enfant peut tout à fait alterner les deux types de comportements. Et il n'y a pas une attitude qui soit "mieux" que l'autre : c'est effectivement plus "gratifiant" d'avoir un enfant accroché à son cou, mais si il le fait de la sorte, c'est probablement parce que sa confiance en vous est incertaine (il vous accroche pour ne pas que vous partiez).  Bref, si vous voulez en savoir plus, il y a de très bons bouquins et sites internet ; je ne  suis pas spécialiste.
Cette introduction très indigeste pour vous parlez du cas précis de Little Miss. Si je devais la "ranger dans une boite", elle est plutôt un enfant Velcro ... mais je n'aime pas ce terme. Moi je parle de Bébé Koala ( parce que c'est quand même bien plus mignon, non ?).

J'ai trouvé cette illustration sur le site Society6, et je l'aime d'amour. elle représente parfaitement le principe de l'adoption, non ? un bébé koala qui a besoin de s'accrocher, et une maman kangourou avec une poche à remplir ...

Ma fille a, pour ainsi dire, passé sa première année en France dans mes bras ! Alors c'est un peu exagéré ce que je dit parce que , premièrement, je bosse, et deuxièmement, à la maison, elle me  "lâche" un peu. Les premiers mois ont été physiquement épuisants car je la portais en continu (alors que nous étions en plein déménagement ...) et je ne pouvais pas quitter une pièce où elle se trouvait sans qu'elle hurle, même chez nous.
Je sais que cela peut être une attitude "normale" au début, mais cela m'a fait beaucoup culpabiliser : parce que je n'ai pas été longtemps présente lors de son arrivée (je n'ai pu prendre qu'un mois de congé ... ) mais aussi dans l'année qui a suivi (puisque j'avais pris tous mes congés à son arrivée, je n'ai pas pu en reprendre pendant un an ...). Je me dis que c'est parce que je ne suis pas assez là ...
La phrase qu'elle prononce le plus, c'est " Mamaaaan, calin ca'pé !". Traduction " Maman, raboule tes fesses dans le canap' que je puisse me faire un shoot de ton exquise odeur !"
Elle est aussi très sensible à mon rythme de travail, ou plutôt à mon temps de présence à la maison : dès que je travaille plus que d'habitude, elle "encaisse" pendant une semaine puis nous avons le droit à des réveils nocturnes avec des pleurs inconsolables. La seule chose qui la calme dans ces cas là, c'est de finir sa nuit dans notre lit, sur moi, nichée dans mon cou, à me téter la peau ... c'est troublant ce besoin presque viscéral qu'elle a de me "manger". Ces nuits sont épuisantes car je ne peux pas vraiment dormir ... mais c'est si bon ...Ces épisodes s'espacent petit à petit et les dernières fois, elle s'est juste endormie entre mon Mâââri et moi, et non plus sur moi.

On m'aurait dit il y a un an que ma fille dormirait parfois avec nous ( je dis bien parfois car ça n'arrive que 3 ou 4 fois par mois ), j'aurai hurler au scandale. Mais en fait, je vois bien qu'elle en a besoin, elle est tellement apaisée après nos nuits ensemble. Et j'en ai peut être besoin, moi aussi ...